Bonsoir Les Sportifs

Sport, Politique et Insolite

Un peu de réalisme!

Le magazine Maclean’s vient de publier son plus récent numéro et la photo de couverture représente, à mon avis, la triste constatation du climat social actuel au Québec et plus particulièrement dans la région de Montréal. Même si le sous-titre peut-être considéré comme du sensationnalisme, il n’en reste pas moins que pour le moment, nous avons l’impression que ces groupes sont vraiment ceux qui présentement, dictent les choses et les événements.

Cette couverture confirme l’adage disant « Une image vaut mille mots… ». Un politicologue de Vancouver, BC, a aussi écrit un article qui amène une autre « perspective » sur ce conflit en démontrant quelques éléments de fausse rhétorique, de notions « élastiques » des droits, et d’autres perles intéressantes. Ça fait changement du niveau primaire de polarité présent dans nos médias (ou bien pour ou bien contre).

Publicités

Le CH et Charlie Brown – The Doctor is in

Comme si la saison de misère du CH n’était pas assez, on a appris que le CH a reçu la visite du psychologue David Scott dans le vestiaire hier à Brossard… Le psy a tenu un message d’espoir aux joueurs avec de belles phrases comme « Un jour à la fois », « On a mis trop l’accent sur les aspects négatifs. », et autres messages tout aussi convaincant…  Je ne serais pas surpris de savoir s’il y avait un diaporama avec des arcs-en-ciel et des licornes…

Pour parodier une publicité de Molson, je conclus par ce slogan positif: Tant qu’à être dans le trouble, soyons le pour vrai…

image

La preuve que le sport professionnel est devenu une business

Étant donné que les fans du CH fêterons probablement un événement peu glorieux cette fin de semaine, un an complet sans but pour le vaillant Scott Gomez, La Presse a compilé une liste démontrant les meilleurs et les pires joueurs en terme du ratio de prix/but. Le plus pathétique, c’est que Gomez ne peut en faire partie puisqu’il n’a même pas compté encore…

Autre statistique intéressante, trois des joueurs du CH font partie d’un groupe de 41 joueurs qui, tout en faisant partie des 100 attaquants les mieux payés de la LNH, ne font pas partie des 100 meilleurs buteurs. Ça explique en partie les problèmes de cette année.

La meilleure aubaine – Jamie Benn des Stars de Dallas avec ses 15 buts au coût unitaire de 30,061$ par but.  Le pire – Martin Havlat des Sharks avec ses deux buts au coût unitaire de 792,683$. Le coût reflété est réaliste puisque le salaire a été ajusté en fonction des matchs joués par l’individu comme dirait Jacques Martin, et qu’il fallait avoir jouer un minimum de 20 matchs pour apparaître dans cett compilation.  Tous les détails sur Cyberpresse

Le CH – Une équipe de ‘losers’

En entrevue aujourd’hui, Michael Cammalleri a affirmé sans aucune gêne que « Le Canadien affiche une attitude de perdants ». C’est une belle déclaration qui fera sans doute la manchette à l’Antichambre ce soir mais ça démontre surtout une attitude égoïste car il en a aussi profité pour se plaindre de son temps d’utilisation…  De tout temps, le temps d’utilisation est d’abord et avant tout une question de mérite et à ce titre, je crois que Cammalleri aurait aussi dû faire son mea culpa. Si l’un des leaders de l’équipe affiche cette attitude, je n’ose pas imaginer le climat collectif qui doit règner dans le vestiaire.  Je sympathise presque avec l’entraîneur 🙂

Qui est le médecin de Gionta?

Le capitaine du Canadien, Brian Gionta, a déclaré aujourd’hui qu’il est encore possible pour le Canadien de se tailler une place pour les séries. Tout le monde s’entend pour dire qu’une participation aux séries nécessite une moyenne d’au moins .600. Présentement, le CH joue bien en-deça de cette moyenne. On s’entend aussi pour dire que le CH aurait besoin d’environ 30 victoires d’ici la fin de calendrier et pour atteindre cet objectif, il faudrait donc que le CH joue pour une moyenne d’environ .725, ce qui veut dire trois victoires à tous les quatre matches.

Ça me semble donc très (trop) optimiste de la part de Gionta; je voudrais donc connaître le nom de son médecin, question de savoir quels sont les médicaments qui ont été prescrits à Gionta 🙂

2012 – L’année du Canadien

Le titre de ce billet peut paraître surprenant mais je crois fortement que les gestes et décisions qui seront prise en 2012 auront une grande influence sur le futur du Canadien autant sur la glace que dans la communauté.

Au niveau strictement hockey, le club est présentement à huit points d’une place en séries; les Islanders ne sont plus qu’à trois points avec trois matchs en main. Ces trois clubs sont les seuls à jouer pour une moyenne inférieure à .500 et le Canadien n’est qu’au treizième rang sur seize en ce qui concerne sa performance contre les équipes de sa conférence.

Face à cette fiche peu reluisante, je crois que le Canadien devrait faire en sorte de ne pas trop forcer pour faire le séries et ainsi se mériter un rang favorable au repêchage de cette année qui s’annonce intéressant. On pourrait aussi penser à court terme et sacrifier un jeune défenseur car le Canadien est bien nanti à cette position pour bien des années. Il faut rebâtir l’attaque car les paris du duo Gainey-Gauthier n’ont pas rapporté.

Au niveau du groupe de direction, il faut vraiment faire table rase car les plans des architectes Gainey, Gauthier et associés n’ont rien donné. Avec les contrats consentis, le Canadien est présentement comme l’une des résidences atteintes de pirrotythe dans la région de Trois-Rivières; on ne sait pas lorsque la maison va tomber mais on doit tout de même continuer de la payer…

Pour toutes ces raisons, je crois donc que 2012 sera l’année du Canadien.

Le congédiement de Jacques Martin; la lâcheté de Pierre Gauthier

Afin de sauver sa peau, Pierre Gauthier vient d’acheter du temps en sacrifiant Jacques Martin. Et si l’on se fie au début du match contre les Devils, on constate que Martin n’était pas pleinement responsable de la piètre qualité de cette équipe. En effet, le Canadien a tiré son premier tir au but après plus de 9 minutes de jeu!

On peut énumérer toutes les raisons imaginables pour essayer d’expliquer les insuccès de cette équipe, il reste que fondamentalement, ça reste une petite équipe de .500 et qu’il va falloir que les fefans s’y fassent. Lorsque les effets des gestes et actions de Gauthier se feront de plus en plus sentir sur les revenus de l’équipe, Geoff Molson devra prendre ses responsabilités et nettoyer le 7ème étage du Centre Bell.

 

 

Tel père, tel fils…

Il faut croire que les traits génétiques sont très persistants. Plus de quarante ans après que son illustre père, Pierre-Elliot Trudeau, ait lancé un vigoureux « f**k off » à la Chambre des Communes à Ottawa, son fils Justin a démontré la même grande classe en lançant un non-moins respectueux « piece of shit » à l’endroit du ministre conservateur de l’Environnement. Démonstration flagrante d’un comportement d’enfant gâté face à l’adversité…

Lorsque l’on ne sait plus quoi dire, on se la ferme…

La dernière trouvaille de Pauline Marois, la cheffe désespérée du PQ, pour essayer de remonter dans les intentions de vote: Accorder le droit de vote à partir de 16 ans. Et encore, cette proposition provient plutôt du groupe de travail de M. Bernard Drainville, le Iznogoud du PQ.

C’est une proposition qui me laisse perplexe considérant la volatilité et, à quelques égards, l’immaturité politique actuelle de la population québécoise. Je crois que ça ne ferait qu’empirer la situation et que le taux d’absentéisme de cette classe d’électeurs serait assez élevé. À voir les commentaires sur le blogue de Vincent Marissal-Cyberpresse sur ce sujet, je ne suis pas le seul à penser que c’est une idée à oublier…

Qu’en pensez-vous?

De la volatilité de l’électeur québecois

Le site Cyberpresse réalise aujourd’hui un sondage en ligne dont la question est: « Est-ce que la course à la chefferie du NPD vous intéresse? » Le résultat démontre clairement la volatilité de l’électeur québecois et, dans une certaine mesure, son désintéressement de la politique. Cette course devrait pourtant intéresser les électeurs, du moins ceux qui ont voté NPD, car le résultat influencera grandement le genre d’opposition qui sera livrée aux conservateurs à Ottawa.

En effet, près de 60% des répondants (12 869 vers 18h00) ont répondu « Pas du tout » et 34% ont répondu « Un peu »; 94% des répondants ont donc peu ou pas d’intérêt pour cette course et pourtant, il est fort probable que ce sont ces mêmes personnes qui ont donné au NPD un appui si fort que le parti est devenu l’Opposition Officielle au Parlement et ce, pour les quatre prochaines années.

Est-ce que le nouveau chef sera aussi ouvert au Québec que l’était Jack Layton? Quelle vision du Canada et de son fonctionnement l’emportera dans cette course? Est-ce que les idéaux véhiculés par Jack Layton le seront encore par le nouveau chef?  Ce sont des questions qui, à mon avis, devraient faire en sorte que l’intérêt pour cette course devrait être plus important au Québec.

Mise à jour – Dans un nouveau sondage venant de paraître, on note que l’appui au NPD a fondu de 16% depuis l’élection s’établissant à 26%. En soi, cela renforce les propos originaux de cet article mais pire encore, c’est que l’appui au Bloc Québécois, un parti pratiquement rayé de la carte et qui vient d’élire un chef assez inconnu sauf dans sa propre famille, est aussi de 26%.  J’en suis stupéfait…

Navigation des articles

%d blogueurs aiment cette page :